vendredi 18 décembre 2009

Le goûter de Noël au Meurice

Plus les années passent, moins je sens l'ambiance de Noël.

C'était sans compter la neige qui vient de tomber sur Paname, et le chouette goûter de Noël que propose le Meurice tous les après-midis jusqu'au 3 janvier.

Le salon, lumière tamisée, fauteuils moelleux, et couleurs sombres, est le cocon parfait les jours de grisailles.

Vous choisissez bien sûr la table la plus proche du buffet de Noël, une superbe tablée présentant les incontournables du moment tels le pain d'épice, les petits sablés, les marrons glacés, le kougelhopf, etc

L'atmosphère chaleureuse du goûter de Noël

Bien sûr, avec Céline, nous n'avons pu nous retenir, et avons pris un goûter de Noël pour deux (45€), ce qui vous donne droit à :
- 2 grandes assiettes chargées de pâtisseries (coulant au choc, caramels mous, blocs gourmands de chocolat, macarons, tartelettes, cookies, et tous les gâteaux précédemment cités, l'orgie, quoi)
- Des scones chauds à la pomme servis avec du mascarpone et diverses confitures Fauchon (dont confiture de lait, miam)

La deuxième assiette de pâtisseries - on a fini la première trop vite pour pouvoir prendre une photo :)

Je vous défie de venir à bout de tout ça, mais accompagnées d'un thé Fuji Yama, les pâtisseries se sont volatilisées avant même qu'on s'en rende compte.

Seuls bémols: le service - nous avons attendu au moins une demie-heure entre notre arrivée et l'arrivée de notre commande, et les macarons, un peu trop secs.

Mais au global, une expérience à faire pendant ces fêtes.

Le Meurice,
228, rue de Rivoli, 75001, Métro Tuileries

jeudi 10 décembre 2009

Où trouver de bonnes madeleines à Paris ?

Aaah la madeleine ! Plus qu'un gâteau, un concept ... Revivre les goûters d'antan; se retenir de goûter la pâte crue à cause de la levure, et puis la goûter quand même; déguster ces délices bossus fumant encore à la sortie du four, quitte à s'en brûler les babines...

Il est donc d'utilité publique d'établir un benchmark pour les nostalgiques que nous sommes.

Sur le banc d'essai :
  • La Grande Epicerie : 2 tests: nature et pistache (2,15€)
  • Fauchon (bar à madeleines oblige) : 2 tests: orange et pistache-noisette (1,50€)
  • Lenôtre : nature (1,50€)
  • La Pâtisserie des Rêves : nature (2€)
  • Stand Bellota Bellota au Lafayette Gourmet (un plan indiqué par Pauline) : au miel de châtaignier (8,50€ le paquet de 8)
  • La Flûte Enchantée (une pâtisserie de quartier avenue Mozart, juste pour servir d'étalon) : nature (2,20€ les 4)

Résultat :
  • La Grande Epicerie : ****
Vraiment très, très agréable pour le croquant (c'est légèrement trop cuit à l'extérieur, j'adore) - la texture est parfaite. En plus, les 2 madeleines étaient vraiment énormes :) Je regrette juste que le parfum des gâteaux ne soit un peu plus affirmé (autant pour celle nature que pour celle à la pistache). Mais ça reste délicieux !

  • Fauchon : *** pour la pistache-noisette et ** pour celle à l'orange.


- Côté madeleine à la pistache-noisette, c'est fondant, la pistache se fait discrète, mais ô surprise, vous trouvez un coeur coulant à la noisette (un peu dans le genre Paris-Brest de la Pâtisserie des Rêves) qui dégouline agréablement.
- Côte madeleine à l'orange, le goût était trop puissant à mon goût, presque "chimique" :( Un coeur coulant à l'orange vous attend également.

  • La Pâtisserie des Rêves : ****

La première fois que j'ai goûté cette madeleine (oui, je l'ai donc re-goûtée pour ce raid pâtisseries), ça m'a fait le même effet que le burger sur Marshall, saison 4. Visuellement, déjà, les petits grains noirs annoncent ce goût divin vanillé. A la fois croquant et moelleux, de surcroît. Un régal.
  • Bellota Bellota : **

Si vous êtes un fanatique-inconditionnel-aficionado du miel de châtaignier, courrez-y (en plus, le produit est "éthique"), mais je vous préviens, ça envoie ! A déguster avec un café ou quelque chose de fort.

  • La flûte enchantée : *

C'était un exemple de madeleine achetée en pâtisserie de quartier. Hé bien, ça n'a pas été très concluant. La madeleine est molle, poisseuse et un peu chewing-gum, avec un goût de beurre concentré effrayant...

  • Lenôtre (last but not least): *****
C'est un peu la madeleine comme on se l'imagine tous : un petit goût léger de citron et de vanille, avec un croquant sympathique. C'est peut-être un chouilla trop dense, mais effet A la recherche du temps perdu 100% garanti...

"Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. Il m’avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu’opère l’amour, en me remplissant d’une essence précieuse: ou plutôt cette essence n’était pas en moi, elle était moi."

lundi 7 décembre 2009

Premier raid pâtisseries sur Les 2 Abeilles

Par un après-midi glacé, une seule envie: échauffer ses joues dans un salon de thé. Mais attention, il faut le faire avec style. Virée aux 2 Abeilles, donc.

Dans la rue, les badauds s'émerveillent à la vue d'une vitrine au charme suranné tapissée de douceurs : cheesecake, crumble, gâteau au chocolat, tarte tatin, ... Votre madeleine de Proust n'est plus très loin. Vous poussez la porte, évidemment. Il faut la brusquer un peu cette vieille dame quelque peu rouillée, qui annonce par son grincement la vieille Angleterre. Papier peint à fleurs défraîchi, carrelage patiné, boiseries sombres, chaleur douillette, vous entourent de leur délicieuse bienveillance.

Ça a l'air gore sur la photo, mais en réalité, c'est très très appétissant

Ok, j'arrête là cette description merveilleuse, car malheureusement, l'accueil et le service sont un peu justes.

Je commande un thé au jasmin, honorable, accompagné d'une tarte poires-quatre-épices, d'un gâteau aux marrons, et de scones (oui, j'avais faim...).

Pour être franche, les gâteaux étaient très quelconques :
La tarte poire-quatre-épices avait une pâte complètement détrempée et un goût de quatre-épices trop puissant pour faire ressortir les poires cuites.

Le gâteau aux marrons, bien que gourmand et fondant à souhait, était trop chargé en chocolat (ce qui étouffait le bon goût des marrons)


Miam, les scones chauds servis avec beurre et confiture

En revanche, j'ai bien aimé les scones, bien chauds et fondants, avec un goût puissamment beurré, à la limite du quatre-quart. Mais ça manquait de croquant. (non, je ne suis jamais contente ;)

Celà étant, comme je vous l'ai dit, l'atmosphère aux Deux Abeilles est si cosy (en particulier la petite salle du fond avec la verrière) que l'après-midi défile vitesse grand v. Rien que pour ça, je ne peux que vous le recommander :)


Les 2 Abeilles
189 rue de l'Université
7ème arrondissement, M° Alma-Marceau
Thés à 4,50€, pâtisseries à 8€