jeudi 18 février 2010

Où trouver les meilleurs cakes de Paris ?

Le benchmark prochainement en ligne !

Le meilleur cake de Paris n'est certainement pas celui ci-dessus

Comme d'habitude, je suis preneuse si vous avez des suggestions (je n'ai encore testé que 12 gâteaux, alors il y a de la marge pour d'autres adresses)!

samedi 13 février 2010

Les pâtisseries japonaises à Paris: le benchmark

Voici donc le bilan de ce benchmark "wagashi":


  • Co-dégustateur : Luc (merci !)
  • Adresses testées : 3 (Toraya, Chajin, Kilali)
  • Pâtisseries passant direct dans les poignées d'amour : 12 (heureusement, Jules a reçu un "Abdo-3000" pour Noël...)
  • Regret : la fermeture de la pâtisserie Minamoto Kitchoan il y a plus d'un an

lundi 8 février 2010

Vous avez dit "Wagashi" ?


Prochain benchmark bientôt en ligne :

Découvrez ou re-découvrez le fondant et la poésie des pâtisseries japonaises.

Par ailleurs, n'hésitez pas à m'indiquer vos bonnes adresses en matière de wagashis, je n'ai pas encore fini mes petites tournées !

mercredi 3 février 2010

A cheese cake in Paris

Tout d'abord, un grand merci à Marie-Luce, co-dégustatrice lors de ce raid sur les cheese cakes.

En résumé : 14 cheese cakes/gâteaux au fromage blanc/vatrouchkas testés. Trois adresses se distinguent : Angelina pour leur cheese cake fantaisie, et Stéphane Secco et Berko pour leur cheese cakes "spécial puristes".
Les cheese cakes revisités :
1. Angelina (5,70€) *****
2. Des Gâteaux et du Pain (5,20€) ****
Les cheese cakes/gâteaux au fromage blanc/vatrouchka
classiques :

1. Stéphane Secco (3,80€) *****
2. Berko (4,80€) ****
3. Boulangerie Bertrand Richard (2,80€) ****
4. Jean-Paul Hévin (4,50€) ***
5. Prima Verde (environ 4€) ***
6. Gérard Mulot (3,40€) ***
7. Schwartz Deli (4,50€) ***
8. Thé Cool (7€) ***
9. Sadaharu Aoki (5€) ***
10. Sascha Finkelsztajn (3,20€) ***
11. Starbucks (4,10€) **
12. Chez Marianne (20€ / kg) *

Angelina (cheese cake revu et corrigé) *****


Le "Saori" est un sablé breton bien croquant surmonté d'une crème légère au citron vert, d'un coeur de pâte de fruit à la fraise, et d'une fine coque de chocolat blanc. On est loin du cheese cake classique, mais qu'est ce que c'est bon !!... Un gâteau frais, acidulé, et très fin qui arrive à faire oublier la lourdeur habituelle du cream cheese.
226, rue de Rivoli, 75 001, Métro ConcordeLe gâteau est méconnaissable sur la photo: en réalité, il ressemble à ça.







Stéphane Secco (cheese cake) *****

Un très beau cheese cake, très gourmand, décoré d'une petite purée de framboises. La pâte, bien croquante et friable, est ici une pâte sablée au beurre salé (pas de speculos). L'arôme de citron, très rond, est vraiment délicieux. La texture est assez aérée pour ne pas dire "légère". L'appareil est un peu gras, mais quel cheese cake ne l'est pas ? ...
75, boulevard de Grenelle, 75 015, Métro Dupleix






Berko (cheese cake aux fruits rouges) ****

Un cheese cake très, très, très crémeux, au bon goût de petit suisse (en version "40% de m.g.") La croûte, bien croquante, a un goût très prononcé de spéculos (hmmm...). Les fruits rouges viennent apporter un peu de fraîcheur dans cet océan de gras. C'est très bon, mais un peu écoeurant sur les bords, et sincèrement, la gelée (gélatine ??) sur les fruits, ça n'est pas très glam.
Une fois de plus, vous constatez que j'ai complètement craqué la photo (pas douée décidément).
23, rue Rambuteau, 75 004, Métro Rambuteau



Des Gâteaux et du Pain
(cheese cake au pamplemousse confit) ****

De loin, le gâteau le moins "écoeurant" du benchmark. (preuve : dégusté jusqu'à la dernière miette) La solution : l'amertume du pamplemousse confit, qui sauve notre palais du gras de l'appareil. Tout est délicieux : l' odeur d'agrumes, le sablé breton bien sucré et craquant, la fine gelée de pamplemousse posée sur le biscuit, la mousse de cream cheese. Seul hic, les morceaux de pamplemousse confits sont un peu gros et l'amertume finit par être trop forte.63, boulevard Pasteur, 75 015, Métro Pasteur





Boulangerie Bertrand Richard (gâteau au fromage blanc) ****

J'en faisais mes déjeuners d'étudiante. Une texture vraiment agréable, à la fois aérienne, et qui crisse légèrement sous le palais ("C'est exactement le käsekuchen de ma corres' allemande" ajoute Marie-Luce). Un petit arôme malté, voire de rhum brun si on a de l'imagination, accompagne le goût frais de fromage blanc. En revanche, la fine couche biscuitée (une génoise ?) très molle, n'apporte pas grand chose au gâteau ("Mais si ! Elle rééquilibre le gâteau en sucre" répond ma co-dégustatrice). Une seule solution : testez vous-même pour trancher. ;)
10, rue Lagrange, 75 005, Métro Saint Michel ou Maubert Mutualité



Jean-Paul Hévin (gâteau au fromage blanc "Mazaltov")

Un gâteau aux dimensions gourmandes, très "léger" (texture + utilisation de fromage blanc à 0%) et aérien. Un parfum vraiment délicieux d'agrumes. Cependant, la texture est un peu sèche et la croûte en pâte sablée, molle, n'apporte rien non plus.
231, rue Saint Honoré, 75 001, Métro Concorde







Prima Verde (cheese cake) ***

Un très bon plan indiqué par Marie-Luce. Crémeux et dense, il a un petit goût très agréable de citron, et une croûte (hélas détrempée) qui fleure bon le spéculos. Ce gâteau, plutôt aplati, est de plus très bien dimensionné pour éviter l'écoeurement qui guette à chaque test de cheese cake...
27, rue Cambacérès, 75 008, Métro Miromesnil





Gérard Mulot (Gâteau au fromage blanc), 3,40€, ***

Un bon gâteau, qui présente une texture agréable (il crisse légèrement sous la dent, est à la fois aérien et un peu "tassé"). Cela étant, il manque un peu de goût (les raisins secs macérés dans le rhum sont absolument délicieux, mais il n'y en a pas assez !!!). La pâte sablée est assez croquante, mais rend l'ensemble un peu trop "étouffe-chrétien".76 rue de Seine, 75 006, Métro Mabillon







Schwartz Deli (cheese cake) ***
Un cheese cake qui est passé à côté de quelque chose : un biscuit vraiment top, au bon goût de beurre et de spéculos, bien croquant. Et puis au dessus, 2 couches : l'une aérienne, vanillée, relativement agréable, mais la seconde, au dessus... Un goût très, très, très, très, très, très (troooop) crémeux, qui devient vite désagréable.16 rue des écouffes, 75 004, Métro Saint Paul





Thé Cool (gâteau au fromage blanc) ***

Une part généreuse et bien gonflée (400g... et encore, la dernière fois, ma part pesait... 800 g !), avec un petit parfum acide de citron, qui se fait un peu fade sur la fin (non, je n'ai pas pu finir...). Une texture fondante et moelleuse, assez aérée. C'est bon, mais pas extraordinaire non plus. Chose assez surprenante : Thé Cool conseille de servir son gâteau réchauffé quelques instants au micro-onde.
10 rue Jean Bologne, 75 016, Métro Passy ou La Muette(Non, le gâteau n'est pas tombé du quatrième étage sur la photo : je l'ai acheté sortant du four, et il s'est disloqué lors de sa découpe)



Sadaharu Aoki (cheese cake) ***Un cheese cake intéressant, avec une bonne texture, ni trop dense, ni trop mousseuse, plus un goût de citron très fin. Malheureusement, la pâte sablée et des petits morceaux de streusel sont ramollos, et l'ensemble est vraiment gras.35, rue de Vaugirard, 75 006, Métro Rennes

Petit potin sans aucun rapport ou presque: la femme de Sadaharu Aoki est la Claire Chazal japonaise






Sascha Finkelsztajn (vatrouchka) ***

Réservé au mono-maniaques de vanille. Une texture à la fois dense et légère, qui fond bien au palais. En revanche, de la vanille, rien que de la vanille, on ne sent rien d'autre, c'est un peu too much.
Pas de biscuit en dessous, juste une génoise fine et molle qui ne sert absolument à rien, une fois encore.27, rue des Rosiers, 75 004, Métro Saint Paul





Starbucks (cheese cake à la framboise) **


Le gâteau était servi très froid, donc autant vous dire que point de vue aromatique, c'était aussi plat que l'encéphalogramme de Sarah Marshall (j'avais même du mal à sentir la framboise pour vous dire). La croûte est complètement détrempée et vraiment trop salée. Très crémeux, collant, pâteux, dense, et un peu acide. Passez votre chemin.
Partout dans Paris ...





Chez Marianne (vatrouchka) *

Imaginez simplement le vatrouchka de Sascha Finkelsztajn qui aurait capté les odeurs et arômes d'une piperade (oui, une piperade...). Voilà. J'ai stoppé à la première bouchée.




Je me permets de montrer également la carte de visite de cet établissement, qui fonde apparemment sa notoriété sur autre chose que des vatrouchkas.