mercredi 7 novembre 2012

Toujours à la pâtisserie Colorova ...

Toujours du bon voire de l'excellent à la petite Colorova, éclose voilà 2 mois et demi. De la fraîcheur, de la précision, juste ce qu'il faut de créativité ... On pourrait juste encore réduire les doses en sucre.

Entremets Superposition (5€)
Pâtisserie Colorova - Entremets Superposition

Bien fignolé, délicat : un biscuit chocolat, surmonté de praliné croustillant, de crème au café, de feuilles de chocolat qui font "plop" en se brisant sous la dent, plus un nuage soyeux de vanille. Très sucré tout de même.

Chausson pomme-poire (1,60€)Pâtisserie Colorova - Chausson pomme-poire


Une chouette idée, qui change de l'éternel chausson aux pommes. Léger, au bon goût de beurre. Cuit dans un four ventilé. Davantage de compote aurait été le bienvenu. 

Financier à la noisette (1,50€)

Pâtisserie Colorova - Financier à la figue
 Vraiment trop bon. Encore croquant sur les bords. Bon goût de noisette et de figue (la confiture est faite maison !). Un peu trop sucré, mais dans mon top 3 des meilleurs financiers de Paris.


Tartelette au coing (5€ environ)

Testée il y a 2 semaines en fort bonne compagnie. J'en garde un souvenir agréable, mais je serai incapable de vous en faire une description précise. Désolée !!!


47 rue de l'Abbé Grégoire
75 006 Paris
01 45 44 67 56
Ouvert tous les jours de 9h à 18h

6 commentaires:

  1. Il paraît que cette superposition est ce qu'ils font de meilleur. J'ai de mon côté était déçue par les deux pâtisseries que j'ai goûtées, mais je compte y retourner...

    RépondreSupprimer
  2. Les visuels sont alléchants !! Je tenterai bien un petit brinch là bas pour découvrir l'adresse ^_^ Encore une jolie adresse ... Merci Louise !

    RépondreSupprimer
  3. Interesting shapes and colors mixed in with quite traditional viennoisserie
    Hmmmm...a schizophrenic in la cuisine?

    RépondreSupprimer
  4. Je pense que l'on doit considérer COLOROVA comme une pâtisserie en devenir, et donc ne pas s'arrêter à une seule dégustation. La démarche de Louise est donc, comme toujours, tres pertinente.
    Quand on connait les conditions de travail de ces artisans du gout, on ne peut les regarder comme l'on regarde Hermé, Conticini, Fauchon et autres mastodontes.
    Ici, tout est mini, talent, courage et énergie. Les réglages et les inventions se font au fur et à mesure. Et le niveau de départ est déjà très haut.

    RépondreSupprimer
  5. Je viens de goûter la tartelette au coing, mes souvenirs sont donc un peu plus frais ! :)
    Les dés de coing sont maintenant remplacés par une comporte toute douce, la crème à la pistache est mousseuse et très bonne, et il y a comme une très fine couche de génoise au chocolat (pas sûr du tout) pour séparer la pistache du reste.
    Au final, une (très) bonne tartelette qui incite à goûter les autres créations !

    RépondreSupprimer