vendredi 12 avril 2013

Pâtisserie Mori Yoshida (suite!)

Suite des dégustations de gâteaux signés Mori Yoshida. Le pâtissier fabrique visiblement ses douceurs sur place; en matière de fraîcheur, pour le moment, on est au top.

Entremets Concorde framboise (5,30€)

Entremets Concorde framboise - Pâtisserie Mori Yoshida
Entremets Concorde framboise - Pâtisserie Mori Yoshida

Plus beau que bon. Une mousse au chocolat, aromatique mais trop sucrée, relevée par une confiture de framboise bien acidulée. Les espèces de frites de piscine municipale semblent être des guimauves à la framboise d'une part, et des sortes de génoises japonaises au chocolat, chewy donc pas très agréables.


Tarte chiboust au fruit de la passion (5,80€)

Tarte chiboust - fruit de la passion - Pâtisserie Mori Yoshida
Tarte chiboust passion - Pâtisserie Mori Yoshida

La bonne surprise : un coulis passion qui sourd du coeur de la tarte et claque par son goût exotique intense. Sinon, de haut en bas: une pâte sablée bien cuite mais à la mâche étrange (petit effet Carambar), une sorte de lemon curd très beurré; une crème chiboust passée au chalumeau, donc aux doux accents de crème brûlée


Baba au rhum aux agrumes (5,20€)

Baba aux agrumes - Pâtisserie Mori Yoshida
Baba aux agrumes - Pâtisserie Mori Yoshida

Bon, la pipette, c'est du déjà vu - très bon rhum à l'intérieur by the way. La sorte de génoise (texture granuleuse. bof.) est en effet dépourvue d'alcool. Pointe de chantilly trop sucrée sur le dessus. Fond de crème pâtissière inutile et agréables segments de pamplemousse et d'orange.

Chou feuilleté (3,40€)

Chou feuilleté - Pâtisserie Mori Yoshida
Chou feuilleté - Pâtisserie Mori Yoshida

L'occasion de s'adonner à une séance de paréidolie. Une sorte de crème diplomate très agréable, souple et légèrement collante, lactée, mais trop sucrée, au goût rond de vanille.
Fondations en pâte feuilletée, toit en pâte à chou. Les amoureux de millefeuille devraient énormément apprécier.

Chou feuilleté - Pâtisserie Mori Yoshida


Pruneau au vin cuit (95€ le kg)

Pruneau au vin cuit - Pâtisserie Mori Yoshida
Pruneau au vin cuit et chocolat - Pâtisserie Mori Yoshida

Divin sur le plan gustatif (orange, cannelle, pruneau et chocolat à l'unisson). Mais la texture chewing gum vient gâcher cette harmonie.

Pruneau au vin cuit - Pâtisserie Mori Yoshida



Pâtisserie Mori Yoshida

65 avenue de Breteuil
75 007 Paris
Métro Sèvres - Lecourbe
Fermé le lundi toute la journée et le dimanche après-midi


D'autres pâtisseries de Mori Yoshida testées ici et ici

10 commentaires:

  1. Oui la pipette du Baba c'est du déjà vu mais elle fait toujours son petit effet ! :)

    Encore un une fois et tu auras fait le tour des pâtisseries je pense !

    RépondreSupprimer
  2. J'adore tes articles Louise, non seulement ils me donnent faim, ils me font rire, mais en plus j'apprends des mots nouveaux héhéhé :) Moi le chou feuilleté me donne bien envie pour le goûter tiens, dommage que mes allers-retours parisiens ne soient plus qu'un lointain souvenir pour les mois à venir. Et ce pruneau m'intrigue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Didier Chocolat12 avril 2013 à 22:48

      +1 :)
      Heureusement que les articles sont sur Internet, cela permet de regarder wikipédia en même temps pour les mots que l'on ne connait pas, sinon, il faudrait un dictionnaire à portée de main pour lire raid pâtisserie,en tout cas pour le modeste scientifique, pas très littéraire que je suis...
      Louise, si au moins tu étais une pure littéraire, j'aurais moins honte de mon ignorance, mais comme tu es tout autant scientifique, cela devient gênant!
      Dis nous, les mots te viennent spontanément, tu prépares régulièrement une liste de mots inconnus à glisser subrepticement dans les articles ou tu veux définitivement nous mettre face à nos limites? :)

      Supprimer
  3. The laminated cabbage is quite close to my place!
    Can't wait to try it
    Most enticing and nice redesign at RP!

    RépondreSupprimer
  4. Quelle dommage...your witty descriptions and glowing photos are far superior to le vrais chose.
    The Chiboust lacked interest and flavor - the custard somewhat lemony but not very and the swipe of the framboise brush on top did little to enhance the taste experience.
    The canele - hard as a rock and inedible.
    Lastly the kouign amann was neither buttery nor caramelized enough but dry and crumbly. I should know better than to try it outside a Bretonne food fest - my bad.
    The prices - way to high IMHO
    Maybe the chef had a bad day...?

    RépondreSupprimer
  5. La Chiboust était un peu trop sucrée.
    La pate à filo est un peu inutile sur le Mont blanc, en revanche le reste est VRAIMENT comme les mont blanc qu'on mange au japon. Pas très sucré et très doux. Un des meilleurs mont blancs mangé sur Paris pour le moment. Dommage pour la pate à filo quoi...

    Les éclairs sont vraiment pas mal.

    RépondreSupprimer
  6. Ton blog est une bonne référence pour choisir parmi toutes ces pâtisseries à Paris !

    RépondreSupprimer
  7. jadorelesgateaux20 avril 2013 à 09:27

    Un peu déçu par la tarte au chocolat : manque de finesse et trop écoeurante à mon goût (et difficile à couper). J'ai bien aimé le chou par contre.

    RépondreSupprimer
  8. Impressionnant de puissance et de densité. Les gâteaux déplient une énergie féroce, parfois en effet démesurée.
    C'est un labo entre souvenirs d'enfance et créations à tout crin. Tout n'est pas réussi mais il tente, il ose et ne laisse pas indifférent.
    L'homme est gentil, doux et généreux et ses pâtisseries ont du caractère

    RépondreSupprimer