samedi 21 décembre 2013

Quelques idées cadeaux pour Noël

Quelques suggestions si vous hésitez encore quant à vos cadeaux gourmands :

Les caramels mous des Fées Pâtissières (90€ / kg)

Jacques Génin a enfin un concurrent sérieux ! Eddie Benghanem a ainsi conçu des caramels hyper tendres, fondants, et parfumés. Mention spéciale aux caramels fruits exotiques, aux caramels à la vanille, et à ceux à la noisette. J'aurai par ailleurs l'occasion de vous parler de cette nouvelle adresse (rue Rambuteau) au mois de janvier.

Les Fées Pâtissières - Eddie Benghanem - Caramels

Les Fées Pâtissières - Eddie Benghanem - Caramels


Les chocolats à la noix d'Henri Leroux (1€ le bonbon dans mes souvenirs)
Dieu qu'il est bon ce chocolat, avec, à l'intérieur, du massepain à la noix.


Chocolats à la noix - Henri Leroux - Paris


Les truffes de Michel Chaudun (je ne me souviens plus du prix, 90€ le kilo je crois)
Il faut prendre les truffes qui sont présentées en vitrine (avec un extérieur craquant), pas celles qui sont déjà en ballotin (pas d'enrobage).

Michel Chaudun - Paris - Truffes au chocolat


Le kouglof de Stéphane Vandermeersch, absolument divin (environ 25€ le kouglof familial)

Il est punché dans du beurre L'Or des Prés puis dans du sirop à la fleur d'oranger. Une vraie merveille qui fait aimer le kouglof à ceux qui n'aiment pas le kouglof. Première place du classement du Figaroscope par ailleurs.

Stéphane Vandermmersch - Paris - Kouglof

mercredi 18 décembre 2013

Pâtisserie Liberté - Benoît Castel

Cerise sur le gâteau de la saison automne-hiver pâtissière : l'ouverture de la deuxième pâtisserie (et boulangerie) de Benoît Castel, rue des Vinaigriers. L'égérie du chef pâtissier, c'est la tarte à la crème, seule et unique en son genre à Paris, et dont plusieurs déclinaisons sont à attendre...

La tarte à la crème - Pâtisserie Liberté - Benoît Castel - Paris
Pâte sucrée croquante, coeur de crème pâtissière, robe de chantilly parfaitement dosée en sucre, au petit goût de ferment

Et bien sûr, vous connaissez mon chouchou ... l'extraordinaire far breton dont il faut absolument guetter la production (sa fabrication est en effet alternée avec celle des clafoutis) et dont je vous parlerai dans le prochain numéro de 750g Le Mag.

Le lieu est quant à lui chaleureux et atypique, avec ses allures de loft d'artiste et un labo de pâtisserie offert à l'oeil du public.


Benoît Castel
39 rue des Vinaigriers
75 010 Paris
Fermé le lundi

Tarte à la crème : 3,50€
Far breton : 2,80€

mardi 10 décembre 2013

Quelle bûche de Noël commander ?

Pour ceux qui hésiteraient encore, voici mes modestes suggestions en matière de bûche de Noël :

Pour épater les amis/la famille :
La bûche Lenôtre, en partenariat avec le Prince Jardinier.

Le niveau de finition est complètement dingue, avec de charmantes figurines en pâte d'amande et en pâte de fruit. Elle est servie avec un petit coulis à la tomate et à la fraise, pas mal du tout


Pour surprendre :
La bûche au praliné fumé de Philippe Conticini à la Pâtisserie des Rêves

Vraiment étonnant


Pour mettre tout le monde d'accord :

La bûche à la noisette de Yann Couvreur à l'Hôtel Prince de Galles. A ce sujet, il faut absolument lire l'article de Pascale Weeks, qui en livre tous les secrets !

De quoi tomber en pâmoison.
Cette bûche est servie avec un chocolat chaud préparé à l'eau, ontueux, désucré et intense en goût.




La bûche de François Perret à l'hôtel Shangri La (au chocolat)

Très chocolatée et très légère en même temps. Du joli.


La bûche de Yann Brys chez Dalloyau :

Noisette et bergamote (bien dosée). L'une des meilleurs de la série. Les petites guimauves (que je n'ai par contre pas goûtées) se dégustent avec le café.

La bûche au marron de la Pâtisserie des Rêves.
Un biscuit généreux, ultra moelleux et humide.



Et pour prolonger le plaisir : l'arbre de Noël à grignoter, réalisé par Patrick Roger (je vous préviens, passé 10 minutes, il ne reste absolument plus RIEN). Au programme : amandes torréfiées et oranges confites.